Les nébuleuses en émission et par réflexion

 

Les nébuleuses diffuses sont de vastes nuages de gaz qui parsèment les galaxies, ce sont elles qui sont responsables de la formation des nouvelles étoiles. Ils en existe de différents types, le plus important étant les nébuleuses à émission constituées principalement d'hydrogène neutre (région HI) qui s'éclaire d'une belle couleur rouge lorsqu'il est excité (ionisé) par une ou plusieurs étoiles jeunes et chaudes (région HII) (p ex. IC434). Les nébuleuses à réflexion sont elles, constituées de poussières qui réfléchissent la lumière des étoiles situées à proximité; elles sont généralement de couleur bleue (p ex. NGC7023). Enfin, lorsque le gaz est trop compact ou que les poussières sont trop nombreuses, la lumière des étoiles situées en arrière plan est bloquée (au moins dans les longueurs d'onde visibles) et on a une nébuleuse obscure (p ex. B33). Il faut savoir que la plupart des nébuleuses sont en fait constituées d'un mélange des différents type (p ex. M42). En effet, l'environnement interstellaire des galaxies est constamment enrichi par la matière provenant des étoiles mortes, que ce soit les nébuleuses planétaires ou les explosions de supernova.

Une perturbation provoquée par le passage d'une onde gravitationnelle provoque le début de l'effondrement de certaines parties de la nébuleuse en globules protostellaires (p ex. M8). Ces globules vont devenir suffisamment compacts que pour finir par devenir étoiles. Ces premières étoiles vont ioniser le gaz environnant mais aussi provoquer l'effondrement d'autres parties de la nébuleuse en étoiles, mais, en raison de puissants vents stellaires, elles seront aussi responsables de l'évaporation d'une partie du nuage (p ex. NGC2237) qui finira par disparaître.

 

Les rémanents de supernova (SNR)

 

Cette galerie présente aussi quelques nébuleuses particulières qui sont en fait des restes d'étoiles massives ayant explosés en supernovae (p ex. Les Dentelles du Cygne). Toutes les étoiles proviennent de l'effondrement sur lui-même d'une partie d'un nuage principalement constitué de gaz d'hydrogène mais contenant aussi des poussières provenant de générations antérieures d'étoiles. Lorsque le globule atteint une certaine densité et une température critiques, les réactions de fusions nucléaires s'enclenchent et au bout d'un certain temps, lorsque l'astre s'est stabilisé, c'est à dire lorsque la force gravitationnelle qui tant à faire s'effondrer l'astre sur lui-même plus encore et la force due à la pression de radiation qui tend à disloquer l'astre sont équilibrées, on a une étoile qui va passer la majorité de son existence à transformer les atomes d'hydrogène en atomes plus lourds tout en rayonnant de l'énergie sous forme de lumière et de chaleur.

Pour les étoiles de masse moyenne ou faible, comme le Soleil, ce seront les réactions "proton proton" qui vont dominer en transformant l' hydrogène en hélium dans le cœur de l'étoile pendant presque toute sa vie, c'est à dire plusieurs milliards d'année (une dizaine de milliards pour notre soleil). Ces étoiles finiront un jour par enfler démesurément devenant ainsi ce que l'on appelle des géantes rouges puis elles expulseront leurs couches externes dans l'espace pour former une belle nébuleuse planétaire alors que le cœur de l'étoile mis à nu finira en naine blanche.

Pour les étoiles plus massives, on aura les réactions "CNO" du cycle du carbone qui se produisent à des températures plus élevées que pour le cycle proton proton. A des températures encore plus élevées, ce sont des réactions toujours plus rapides qui prennent le relai, les réactions "triple alpha", "flash de l'hélium", "flash du carbone" etc. Ces réactions se passent à des profondeurs de plus en plus grandes dans les étoiles.

Le bilan de toutes ces réactions thermonucléaires est positif, c'est à dire qu'elles produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment; mais cela ne marche que jusqu'à la fusion des atomes de fer. Au delà, pour produire des atomes plus lourds, le bilan de la réaction est négatif et l'équilibre de l'étoile est rompu; elle explose violemment ou plutôt, elle implose. En effet, l'astre va s'effondrer sur lui-même et les couches extérieures vont rebondir sur le cœur qui va se transformer en étoile à neutron, du moins si la taille de ce cœur ne dépasse pas une certaine limite, car au delà d'une certaine taille, rien ne peut s'opposer à son effondrement ultime pour produire un trou noir.

Les énergies mises en jeu lors de l'explosion d'une étoile en supernova sont colossales et c'est à ce moment que vont être synthétisés tous les éléments chimiques plus lourds que le fer. Toute la matière produite par l'étoile durant sa vie ainsi que lors de l'explosion va ainsi se répandre dans l'espace pour venir enrichir le milieu interstellaire de nouveaux atomes qui pourront à leur tour être recyclés dans un nuage moléculaire et recommencer un nouveau cycle.

Comme l'a écrit Hubert Reeves, nous ne sommes que poussière d'étoiles.

 

Surnommée "La Californie du ciel" par Camille Flammarion, la constellation d'Orion contient quelques unes des plus belles nébuleuses visibles dans notre ciel d'hiver. Voici les principales et les plus célèbres:

 

Le Baudrier d'Orion. Les trois étoiles brillantes alignées dans le haut de l'image sont appelées "les trois rois". On reconnait au niveau de celle de gauche la Nébuleuse de la Flamme et celle de la Tête de Cheval. La Nébuleuse d'Orion et le Runnuing Man se trouvent dans le bas de l'image en dessous de l'étoile du milieu. Image prise depuis La Fosse ce 03/12/2016 avec l'apn Canon 350d modifié muni d'un objectif zoom 30-85mm usm II réglé sur 48mm de focale. 42 poses de 5 minutes à 400 ISO (soit 3 heures 30) ont été combinées sous Iris pis finalisées sous Photoshop CS2 et PSP X2.

Cliquez dans l'image pour voir un agrandissement.

B33, IC434 et NGC2024. La nébuleuse de La Tête de Cheval (B33) se détachant sur IC434 et la nébuleuse de La Flamme (NGC2024). Cet ensemble fait partie d'un vaste complexe nuageux riche en molécules (surtout CO). IC434 est excitée par l'étoile multiple Sigma orionis; elle est en expansion et ses gaz se mélangent avec les poussières d'un large nuage opaque. L' absorption de lumière est nettement détectable en comparant la partie supérieure de l'image avec la partie inférieure dans laquelle on voit beaucoup moins d'étoiles. Les gaz étant en collision, la friction échauffe les particules et la frontière entre les formations apparait brillante. Dans cette zone frontière, un globule de poussières sombres pénètre dans les gaz moins denses formant ainsi la célèbre Tête de Cheval. (source: Formes et couleurs dans l'Univers, A Acker)

Cette version résulte de la composition d'une image LRGB prise depuis La Fosse le 18/12/03 avec la ST10XME au foyer de la Genesis pour laquelle j'ai additionné 10 vues d'une minute sans filtre pour la luminance, 10 vues d'une minute avec les filtres rouge et vert, et enfin 15 poses d'une minute avec le filtre bleu. Le résultat obtenu a ensuite été combiné avec une image prise en Ha à travers un filtre Astronomik de 13 nm de bande passante depuis La Fosse ce 16/12/07; image Ha qui est le résultat de 24x5 min de captures en binning 2x2 et en mode autoguidage avec la ST10XME sur la Genesis, Prétraitement par soustraction des darks suivie de la division par les flats puis application du plugin Debloomer pour traiter le blooming, le tout avec CCDSoft. Traitement par addition par moyenne puis DDP avec CCDops suivi d'un passage dans Photoshop pour compositer la vue Ha avec l'image LRGB et enfin finalisation sous PSP7.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir un crop en taille réelle.

M42, M43 et NGC1977 La Grande Nébuleuse d'Orion est la partie la plus brillante d'un vaste complexe de nébuleuses à émission et à réflexion dont font également parties les nébuleuses IC434 et NGC2024. Elle abrite un groupe d'étoiles extrêmement jeunes (à l'échelle astronomique) puisqu'elles ne sont âgées que d'1 million d'années à peine. Il s'agit des étoiles du Trapèze, responsable de l'ionisation du gaz et constitué de quatre étoiles faisant elles-mêmes partie d'un amas dont les membres encore plus jeunes (100000 ans à peine) sont cachés par la poussière dans la partie la plus brillante de la nébuleuse. La nébuleuse d'Orion est située à environ 1500 années lumière de la terre et elle mesure 30 années lumière.

La photo présentée ici a été prise depuis La Fosse le 02/02/14 avec l’APN Canon 350D Baader sur la lunette Televue NP101IS munie du réducteur 0,8. 48 poses de 5 minutes à 400 ISO  plus 1 pose unique de 3 minutes, une de 30 secondes, 1 de 15 et enfin 1 de 5 secondes pour désaturer le cœur.
Prétraitement classique sous IRIS, réglages courbes et niveaux sous Photoshop, calques et finalisation sous PSP7.

NGC1977 (The Running Man) est  la nébuleuse en émission et en absorption qui se trouve juste au nord de M42-M43.

Ci-dessous, un traitement plus poussé de l'image permet de bien mettre en évidence les zones les plus faibles du nuage moléculaire dans lequel baigne M42.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

 

 

 

SH2-276 (SNR) La Boucle de Barnard. Cette grande structure est née de l'explosion de plusieurs supernovae.

Elle est visible sous la forme d'un vaste arc rouge assez faible qui part du haut de l'image, passe sur la gauche et se termine en bas à droite.

Image prise depuis La Fosse ce 03/12/2016 avec l'apn Canon 350d modifié muni d'un objectif zoom 30-85mm usm II réglé sur 48mm de focale. 42 poses de 5 minutes à 400 ISO (soit 3 heures 30) ont été combinées sous Iris pis finalisées sous Photoshop CS2 et PSP X2.


 

 


 

 

 

 
 

Cliquez dans l'image pour voir un agrandissement.

LDN1622 + VDB62. Voici le résultat que j'ai obtenu sur cette faible nébuleuse obscure depuis La Fosse le 14/12/04. Compositage L(Hα)GB de 10x5 min en Hα et en vert plus 16x5 min dans le bleu en mode autoguidage avec la Genesis sur la G11 . Le binning est en 3x3 pour gagner en détectivité. Compte tenu de la focale de la lunette qui est de 540 mm, c'est très largement sous échantillonné, mais cet objet est très faible et j'ai utilisé les 20x5 min avec filtre clair faites en binning 2x2 pour la luminance.

LDN1622 se trouve à la même ascension droite et juste 5° et demi sous Bételgeuse au dessus de la boucle de Barnard. C'est un assez grand objet. L'image que je présente ici reprend tout le champ de la ST10. La petite nébuleuse brillante vdB62 entoure une étoile située au sud ouest de la nébuleuse obscure.

Prétraitement par soustraction des darks suivie de la division par les flats puis traitement en agissant sur les histogrammes avec CCDSoft, finition sous PSP et adoucissement final avec Neat Image.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

M1 (SNR) La célèbre nébuleuse du Crabe est le reste de l'explosion en supernova d'une étoile qui a explosé en 1054. Elle abrite en son centre un pulsar, étoile à neutron en rotation très rapide; c'est le reste de l'étoile qui a explosé. Elle est située à environ 6200 années lumière de la Terre dans la constellation du Taureau; sa taille est de quelque dix années lumière et elle se répand dans l'espace à la vitesse de 1500 km/s.

L'image présentée ici en mode LRRVB a été prise le 18/10/14 pour les RVB et le 01/11/14 pour seconde couche rouge utilisée comme première luminance depuis La Fosse avec la ST10XME sur le CG11 à F/D 6,3. Elle est le résultat de l'addition de 19 poses avec filtre rouge plus 21 poses avec filtre vert et 17 poses avec filtre bleu et enfin 29 poses avec filtre rouge pour la luminance, toutes de 2 minutes en binning 2x2. Traitement par soustraction du dark puis division par les flats sous CCDSoft, régistration sous IRIS puis addition des couches, réglages courbes et niveaux sous photoshop et finition sous PSP.

Une nouvelle luminance composée de 30 poses de 5 minutes en binning 1x1 avec filtre clair a été réalisée le 05/10/2016. En superposant cette nouvelle couche à l'image rrvb précédente, j'ai obtenu une nouvelle image finale beaucoup moins bruitée.


 

Dans le ciel d'été, c'est la constellation du sagittaire, riche en nébuleuses en raison de sa position dans la Voie Lactée, qui contient d'autres objets célèbres. En voici une partie:

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

M8. La Nébuleuse de la Lagune est distante de quelque 4500 années lumière et est associée à un jeune amas d'étoiles, NGC6530 dont trois membres très massifs (HD165052, 9 sagitarii et Herschel 36) sont responsables de l'ionisation de la nébuleuse. Appelée Le Sablier en raison de sa forme, la partie la plus brillante, surexposée sur la photo, abrite un objet extrêmement jeune (probablement moins de 10 000 ans!). La photo permet aussi de voir des globules sombres (globules de Bock) qui sont des proto-étoiles.

La vue présentée ci-dessus a été photographiée depuis La Fosse avec la ST10XME sur la TeleVue NP101IS en mode LRGB le 08/07/10. Dix poses de trois minutes dans le rouge et le vert et douze avec le filtre bleu prises en binning 2x2 pour l'image RGB ont été combinées avec 11 poses de 5 minutes avec filtre clair en binning 1x1 faites en mode luminance. Traitement par soustraction des darks suivie de la division par les flats sous CCDSoft, combinaison RGB sous photoshop suivie des réglages courbes et niveaux puis LRGB et finition sous PSP.

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

La version présentée ci-dessus a été prise le 03/07/16 depuis l'observatoire Sirène avec l'apn Canon 350d placé au foyer réduit de la lunette Televue NP101IS en 42 poses de 5 minutes (soit 3 hrs 30) à 400ISO. Outre M8, l'image présente les nébuleuses NGC6559, IC1274 et IC1275 sur la gauche de l'image. Ces nébulosités font parties du même nuage moléculaire que La Lagune.

Traitement habituel sous Iris par soustraction du dark et offset suivie de la division par le flat puis compositage sigma clipping après alignement. Réglages courbes et niveaux sous Photoshop et finition sous PSP X2 et PSP7.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

M17. La nébuleuse Oméga est distante de 7000 années lumière pour une taille de 25 années lumière. Siège de formation stellaire comme les autres nébuleuses à émission, M17 est excitée par un groupe d'étoiles très jeunes et massives, encore cachées dans la poussière et rayonnant intensément dans l'infrarouge. La région HII côtoie un énorme (300 000 masses solaires) nuage moléculaire riche en molécules CO s'étendant au sud ouest de M17 et interagissant avec le gaz ionisé.

La nébuleuse est vue ci-dessus photographiée en mode HaRVB avec la ST10XME sur la TeleVue NP101IS depuis La Fosse les 15/07/09 et 15/08/09. La couche Ha utilisée comme luminance a été prise le 15/07. Elle est le résultat de la combinaison de 18 poses de 10 minutes prises en binning 1x1. Les couches RVB ont toutes été faites en binning 2x2 le 15/08; chacune est le résultat de la combinaison de 12 poses de 3 min. Traitement habituel sous CCDSoft par soustraction du dark suivie de la division par le flat puis compositage médian après alignement. Réglages courbes et niveaux puis combinaison des couches sous Photoshop et finition sous PSP7.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille réelle.

M17. La nébuleuse Oméga photographiée en mode RVB avec la ST10XME sur un C8 à F/D 6,3 depuis La Fosse les 17/07/07 et 05/08/07. La couche rouge est un mélange de 80 poses de 30 secondes prises avec un filtre rouge combinées avec 30 poses également de 30 secondes faites à travers un filtre Ha, toutes en binning 2x2 sans guidage plus 8 poses de 5 min. dans le vert et 12 dans le bleu également de 5 min. en binning 2x2 prises en mode autoguidage y ont été ajoutées pour former cette image RVB. Traitement habituel sous CCDSoft par soustraction des darks suivie de la division par le flat puis compositage médian après alignement. finition sous PSP7.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

M20 La Nébuleuse Trifide. Distante de 4800 années lumière, la Trifide a un diamètre d'environ 16 années lumière. Comme souvent, elle est un mélange de nébuleuse en émission (en rouge) et par réflexion (en bleu). Ce sont les trainées sombres de poussières qui séparent la nébuleuse en trois parties qui lui ont valu son nom. Cette nébuleuse est associée à l'amas ouvert NGC 6514. Il y a quelques millions d'années est apparu au centre de la nébuleuse un système de sept étoiles (ADS10991) dont la plus lumineuse est HD 164492; ce sont ces étoiles qui sont responsables de l'ionisation du gaz. Juste au nord brille l'étoile HD 164514 qui est responsable de la nébuleuse bleue à réflexion.

Elle a été photographiée depuis La Fosse le 15/07/10 pour les RGB et le 17/07/10 pour la luminance avec la ST10 XME au foyer de la TeleVue NP101IS. Quinze poses de trois minutes en binning 2x2 pour les couches RGB ont été assemblées avec 58 poses de 2 minutes prises en binning 1x1 pour la  luminance. Traitement par soustraction des darks suivie de la division par les flats sous CCDSoft, registration des fichiers RGB sous Iris puis assemblage de l'image couleur et réglage courbes et niveaux sous Photoshop puis finition sous PSP7.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

NGC281. La Nébuleuse Pacman est une région HII située à environ 10 000 années lumière de la Terre dans la constellation de Cassiopée. D'un diamètre d'environ 80 années-lumière, elle fait partie du bras de Persée. Elle inclut ou est proche de l'amas ouvert IC1590, l'étoile double HD 5005 et plusieurs globules de Bok. Elle est visible dans un télescope amateur dans les zones où le ciel nocturne est suffisamment sombre. Elle est parfois officieusement appelée Nébuleuse Pacman à cause de sa ressemblance fortuite avec le héros éponyme du jeu d’arcade Pacman (source Wikipedia).

Présentée à 50% de sa taille d'acquisition, la photo a été réalisée depuis La Fosse, ce 30 septembre, avec l’apn Canon 350D Baader sur la lunette Televue NP101 IS munie du réducteur 0,8x, (D =101 mm, F=430 mm).54 poses de 5 minutes (soit 4 heures 30 au total) à 400 ISO ont été prétraitées puis compositées sous Iris. La finition est faite sous Photoshop (réglage courbes et niveaux) puis finalisées sous Paint Shop Pro pour obtenir ce résultat.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC1555. La nébuleuse variable de Hind est située dans la constellation du Taureau. Elle est éclairée par l’étoile T Tauri qui est le prototype de la classe d’étoiles variables éponyme. Il s’agit d’étoiles très jeunes qui n’ont pas encore atteint la séquence principale. NGC 1555 est la nébuleuse brillante juste à côté de l’étoile et il s'agit d'un objet de Herbig Haro (HH155). Une minuscule nébulosité à la position de l'étoile forme un autre objet de Herbig Haro (HH255). On voit dans le reste de l’image une partie du vaste nuage moléculaire qui a vu naitre l'étoile.

Elle a été photographiée depuis La Fosse avec la ST10XME au foyer du C11 à F/D 6,3 le 27/11/2016 pour les fichiers RVB plus les 03/12/2016 et le 31/12/2016 pour les fichiers luminance. Il y a au total 32 poses de 3 minutes en binning 2x2 pour les rvb combinés à 210 poses de 2 minutes en binning 1x1 pour la luminance, soit un temps de pose total cumulé de 11 heures 58 minutes sur 3 nuits.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC2237-9,46 la Nébuleuse de la Rosette avec le jeune amas ouvert NGC2244 dont six membres sont responsables de l'excitation du gaz de la nébuleuse. On remarque au centre de la nébuleuse une cavité s'étendant sur environ 12 années lumière; il est possible que cette zone ait été vidée de sa matière par la pression de radiation et les puissants vents des étoiles de l'amas. Quand les étoiles auront vieilli, dans environ 500 000 ans, les gaz interstrellaires auront à nouveau bouché le trou. La présence de la cavité centrale est un signe de jeunesse. La nébuleuse contient de nombreux globules sombres, protoétoiles en contraction (source: Formes et couleurs dans l'Univers, A Acker).

Elle est vue ici photographiée depuis La Fosse avec la ST10XME sur la Genesis le 29/01/06 pour les RGB et depuis l'aérodrome d'Elsenborn le 02/02/06 pour le Hα. Cette image résulte de la combinaison en mode HαRGB de 30 poses de 10 minutes pour le Hα, 8 poses de 4 minutes pour le rouge et le vert et finalement 12 poses de 4 minutes  pour le bleu, le tout en binning 1x1. Soustraction des darks puis division par les flats sous CCDSoft, combinaison des couches et finition sous PSP7.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC2261 la nébuleuse variable de Hubble. Nommée en honneur d’Edwin Hubble qui est un des premiers à l’avoir étudiée en détails, cette petite nébuleuse par   réflexion a la particularité de changer d’aspect en seulement quelques semaines.  Située dans la Licorne, elle se trouve à environ 2500 années-lumière de la Terre.

Elle est éclairée par l’étoile variable R Monocerotis qui est de type T Tauri (voir NGC1555) et qui émet également des jets polaires du type objet de type Herbig Haro (HH39 et HH39b). De grandes quantités de poussières entourent cet astre très jeune et sont la cause des variations d’éclairement de la nébuleuse dont les changements sont visibles en seulement quelques semaines.

Elle a été photographiée avec la ST10XME sur le C11 à F/D 6,3 depuis l’observatoire de la Fosse le 03/12/2016 pour les couches rvb et le 31/12/2016 pour le fichier luminance. 13 poses en R plus 12 en V et 20 en B, toutes de 3 minutes en binning 2x2 ont été combinées avec 58 poses de 2 minutes prises en binning 1x1.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC2359 le casque de Thor. La nébuleuse est illuminée par une étoile de type Wolf Rayet (WR 7 - HD 56925). Elle se trouve à un peu moins de 12.000 années lumière de la Terre dans la constellation du Grand Chien. En raison de sa faible hauteur sur l'horizon, elle est assez difficile à photographier. La version présentée ici a été capturée sur quatre nuits, les 29 et 30 novembre 2016 et les 12 et 17 février 2018 depuis La Fosse avec la st10 sur le C11 au foyer réduit à F/D 6,3. J'ai retenu 40 poses de 3 minutes en binning 2 pour les couches rouge et le verte plus 66 poses également de 3 minutes pour la couche bleue ainsi que 36 poses de 2 minutes plus 36 poses de 3 minutes en binning 1 pour la luminance, soit un temps de pose combiné de 10 heures 12 minutes. Traitement habituel sous CCDSoft puis combinaison des couches sous Toshop CS2 et finitions sous PSP X2.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC6888 la Nébuleuse du Croissant est une bulle cosmique d’une taille d’environ 25 années lumière. Située parmi les faibles nébulosités entourant l'étoile Gamma du Cygne dans la constellation éponyme, à environ 5000 années lumière de la Terre, elle est soufflée par les vents stellaires de son étoile centrale (WR136), une étoile supermassive de type Wolf Rayet. Cette étoile en fin de vie a expulsé son enveloppe externe sous la force d’un violent vent stellaire, éjectant l’équivalent de la masse du soleil tout les 10.000 ans. Les structures complexes de la nébuleuse sont probablement le résultat de l’interaction entre cette matière et des matériaux éjectés lors d’une phase précédente. En brulant son carburant à un taux extrêmement rapide, cette étoile devrait finir par exploser en supernova dans une formidable explosion cosmique.
(source: Wikipédia)

L’image ci-dessus a été faite depuis La Fosse ce weekend des 21 et 22/08/15 avec la ccd Sbig ST10XME sur la lunette Televue NP101IS avec réducteur de focale (F=432mm). Elle résulte de la combinaison de 5heures 30 de captures en Ha (filtre de 6nm) utilisées comme luminance combinées à 2 heures 45 en Ha utilisées comme couche rouge plus 1 heure dans le vert et 1 dans le bleu. Remarquez que l'image a été très difficile à traiter car le croissant est beaucoup plus brillant que les nébulosités environnantes.

La version visible ci-dessous est une version dite HOO qui combine 22 captures de 15 minutes faites en Hα (filtre de 6nm) les 21 et 22/08/15 et en OIII les 31/07/16 (11 poses de 15 minutes en binning 2x2 pour les couches verte et bleue) et le 06/08/16 (8 poses de 15 minutes en binning 1x1 pour la luminance). On voit ainsi apparaitre une bulle d'oxygène autour du Croissant, cette bulle restant invisible sur une image rvb normale.

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

 

Zoom sur le Croissant avec l'image ci-dessous qui a été faite avec le C11 le 04/06/15, toujours depuis La Fosse. Elle résulte de la combinaison de 12 poses de 5 minutes en Hα (6nm) avec 36 poses dans le rouge, 35 dans le vert et finalement 53 dans le bleu toutes de 1 minute.
 

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

WR134  Une nébulosité de couleur bleu vert apparait dans la partie supérieure de l'image. Bien que relativement brillante, cette nébulosité n'est pas répertoriée et elle n'est connue que sous la dénomination de WR134 qui est en fait le nom de l'étoile progénitrice. Il s'agit d'une étoile de Wolf Rayet située dans la constellation du Cygne à quelques 6.000 années-lumière de la Terre; étoile massive qui va terminer sa vie en un immense feu d'artifice dans une explosion de supernova d'ici quelques millions d'années. Cette nébuleuse ne se trouve en apparence pas très loin du Croissant (NGC6888) lequel est aussi une nébulosité associée à une étoile de Wolf Rayet (WR136).

L'image présentée ici en version HOO a été capturée depuis La Fosse avec la SBIG ST10XME placée au foyer de la lunette Televue NP101IS à 540 mm de focale sur 5 nuits du 22 au 26 août 2016. Il y a 24 poses de 10 minutes avec filtre Hα 6 nm Astronomik et 68 poses de 15 minutes avec filtre OIII 5nm Astrodon, toutes en binning 1x1 pour un temps de pose total de 21 heures de captures.

Prétraitement par soustraction des darks puis division par les flats sous CCDSoft, réglages des couches, courbes et niveaux sous Photoshop puis finitions sous PSP X2. Remarquez qu'il a fait particulièrement chaud cette semaine, le thermomètre ne descendant que péniblement sous les 18°c en fin de nuit et que la Lune au dernier quartier était levée durant pratiquement toutes les poses.

 


Les Dentelles du Cygne (SNR G 074.0-08.6 ou SH2-103) Il s'agit probablement du rémanent de supernova le plus connu. L'étoile responsable aurait explosé il y a entre 5 et 8.000 ans. Il s'étend à environ 50 km/seconde et finira par se diluer complètement dans l'espace interstellaire. D'après des études récentes, ce rémanent se trouve à environ 1.470 AL dans la constellation éponyme.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

 

Cliquez ici pour voir le crop en taille réelle.

NGC6960 surnommée La Petite Dentelle. Elle est vue ici capturée depuis l'observatoire Sirène sur 3 nuits, les 04, 05 et 06/07/16 avec l'apn Canon 350d modifié placé au foyer réduit de la lunette Televue NP101IS. 100 poses de 5 minutes pour un total de 8 heures 20 minutes ont été combinées pour former cette image. Prétraitement Iris et finition PS CS2 et PSP X2 plus PSP7. L'image du haut présente le champ entier avec la petite dentelle accolée à l'étoile 52 cygni. Cette proximité n'est qu'apparente et l'étoile n'est en rien responsable de l'éclairement des nébulosités. Sur la gauche du centre de l'image se trouve le Triangle de Pickering qui partage avec la petite dentelle le numéro de catalogue NGC6960 et enfin, on voit dans le bas de l'image à gauche les parties qui portent les numéros NGC6979 et NGC6974.

La vue ci-dessus est extraite de l'image du haut et présente La Petite Dentelle à la taille d'acquisition.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC6992-6995 Cette image de la Grande Dentelle a été prise à La Fosse le 29/09/2011 avec l'apn Canon 350D modifié placé au foyer de l'astrographe (300/1080; f/d 3,64) de Pierre Ponsard. 70 poses de 60 secondes prises en mode RAW à 1600 iso ont été traitées dans IRIS puis finalisées dans Photoshop et dans PSP7.

REMARQUE: les trois images des dentelles sont présentées avec le nord à gauche.


 

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

 

NGC7000 La nébuleuse America    

Photographiée depuis La Fosse le 03/08/13 avec l'apn Canon 350D modifié Baader sur la NP101IS munie du réducteur 0.8x. 47 poses de 5 minutes à 400 ISO réalisées sans guidage avec la monture NJP ont été additionnées puis assemblées selon la méthode sigma clipping . Traitement sous IRIS, réglages courbes et niveaux sous Photoshop, finition sous PSP7.

Située dans la constellation du Cygne, la nébuleuse America est une vaste région HII d'hydrogène ionisé et de nébuleuses obscures qui s'étendent bien au-delà de l'image présentée ici, et qui ne fait qu'un seul objet avec la nébuleuse du Pelican dont elle est voisine et séparée par un chenal de poussières sombres. Sa masse totale est d'environ 18000 masses solaires, sa densité d'environ 10 particules par cm3 et sa température d'environ 7000 K. 
NGC 7000 n'est pas excitée par l'étoile Alpha Cygni (Deneb) mais par une étoile beaucoup plus chaude et bleue contenue dans la nébuleuse: HD 199579.

 

 

                   


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 35%.

NGC 7000 + IC 5067-70 ou America et Pelican Nebula. Je vous présente un premier essai de mosaïque sur deux images faites avec l'apn Canon 350d Baader sur la lunette TeleVue NP101IS munie du réducteur 0,8x. J'ai pu faire 33 poses de 5 minutes sur le Pelican ce mardi 13 août 2013. Malheureusement, la mise au point n'est pas bonne, ce qui ne m'a pas empêché d'essayer un assemblage avec la photo d'America faite quelques jours plus tôt (voir ci-dessus), raison pour laquelle l'image n'est présentée qu'à 35 pour cent de la taille originale.

Distante d'environ 3000 années lumière, la nébuleuse America (NGC 7000) est une vaste région HII d'hydrogène ionisé et de nébuleuses obscures qui ne fait qu'un seul objet avec la nébuleuse du Pelican (IC 5067-70) dont elle est voisine et séparée par un chenal de poussières sombres, bien visible sur la photo en raison du peu d'étoiles visibles dans cette zone. Sa masse totale est d'environ 18000 masses solaires, sa densité d'environ 10 particules par cm3 et sa température d'environ 7000 K.
NGC 7000 n'est pas excitée par l'étoile Alpha Cygni (Deneb) mais par une étoile beaucoup plus chaude et bleue contenue dans la nébuleuse: HD 199579; la nébuleuse du Pelican est, elle, excitée par des étoiles de l'association Cyg OB2.


 

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

NGC7023. Située dans la constellation de Céphée, la Nébuleuse de l'Iris est un superbe exemple de nébuleuse à réflexion accompagnée de nébuleuses obscures. C'est donc la lumière de l'étoile brillante visible dans la nébuleuse (HD200775) qui est simplement réfléchie par les poussières d'un vaste nuage obscur.

L'image présentée ici a été prise à La Fosse avec l' APN 350D modifié placé au foyer de l'astrographe (300/1080; f/d 3,64) de Pierre Ponsard. 23 poses de 300 secondes prises le 15/06 plus 26 poses de 180 secondes (soit un temps de pose total cumulé de 3 heures et 13 minutes) prises le 31/07/2013 en mode RAW à 400 iso ont été traitées dans IRIS puis finalisées dans Photoshop et dans PSP7.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

NGC7635. Bubble nebula se trouve dans la constellation de Cassiopée. C'est une curieuse bulle de gaz formée par le souffle d'une étoile.

Elle est vue ici photographiée depuis La Fosse le 30/09/2011 avec un APN 350D modifié placé au foyer de l'astrographe (300/1080; f/d 3,64) de Pierre Ponsard. 15 poses de 5 minutes prises en mode RAW à 400 iso ont été traitées dans IRIS puis finalisées dans Photoshop et dans PSP7. Une version Hα de cette nébuleuse a été prise au foyer de la Genesis avec la ST10XME. Vous pouvez la voir dans la galerie Hα.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

IC59-IC63  Les fantômes de Cassiopée. Situées dans la constellation de Cassiopée, les nébuleuses IC 59 (à droite) et IC 63 (à gauche) sont une combinaison de faibles nébuleuses à émission et à réflexion distantes d’environ 600 années-lumière de la Terre. Elles ont ensemble une taille approximative de 10 années lumière.
Ces nébuleuses se dissipent lentement sous l’influence de l’intense rayonnement ionisant ultraviolet de la chaude étoile gamma Cass (l’étoile la plus brillante de l’image). Celle-ci est physiquement située à 3 ou 4 années-lumière des nébuleuses.
Légèrement plus proche de gamma Cass, IC 63 présente une dominante rougeâtre correspondant à l’émission H-alpha qui se produit lorsque les atomes d’hydrogène ionisés retrouvent leur électron. Plus éloignée de l’étoile, IC 59 présente une luminosité en H-alpha nettement moindre, et une dominante bleutée évocatrice du reflet de la lumière des étoiles sur la poussière.

 
La photo présentée ici à 50% de sa taille d'acquisition a été prise ce mercredi 02/09/13 depuis La Fosse avec l' APN Canon 350D Baader placé derrière la lunette Televue NP 101 IS munie du réducteur 0,8X (D= 101mm F= 430mm). 38 poses de 5 minutes (soit au total 3 hrs 10) à 400 ISO ont été prétraitées sous IRIS puis passées sous Photoshop (courbes et niveaux) et finalisées sous Paint Shop Pro (saturation, luminosité et contraste) pour obtenir ce résultat.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

IC 405 The Flaming Star Nebula. Située dans le Cocher à environ 1500 années lumières de la Terre et d’une taille de 5 années lumières, la nébuleuse IC405 (SH2-229, Flaming Star Nebula) est un ensemble de nébuleuse à émission rouge et à réflexion bleue. Elle est éclairée par l’étoile AE Aurigae qui est une étoile variable irrégulière. C’est une étoile à mouvement propre rapide qui pourrait bien avoir été éjectée à la suite d’une collision entre deux groupes d’étoiles binaires. La collision à laquelle on attribue aussi l’éjection de MU Colombae et de 53 Arietis aurait eu lieu dans l’amas du Trapèze d’Orion il y a environ deux millions d’années.


La photo présentée ici à 50% de la taille d'acquisition a été prise à La Fosse le 03/09/2013 avec l’apn Canon 350D Baader placé au foyer de la lunette Televue NP101 IS. 24 poses de 5 minutes (soit un total de 2 heures) à 400 ISO ont été traitées sous IRIS puis finalisées sous Photoshop et Paint Shop pro.
Rem : le nord est à gauche.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

IC443 (SNR G189.0+03.0). La nébuleuse de la Méduse est un rémanent de supernova situé dans la constellation des Gémeaux. Sa taille apparente sur le ciel est assez grande, environ une fois et demie celle de la pleine lune, et sa distance est mal connue. Près du centre de la nébuleuse se trouve le pulsar PSR 0611+22.

La composition présentée ici a été photographiée depuis La Fosse le 23/12/06 en mode (Hα)RGB avec respectivement 15 poses de 10 minutes en binning 1x1 pour le Hα, 6 poses de 5 minutes dans le rouge, 7 poses de 5 minutes dans le vert et enfin 10 poses de 5 minutes dans le bleu, le tout en binning 2x2 avec la ST10 sur la Genesis. Traitement habituel par soustraction des darks suivie de la division par les flats dans CCDSoft. Réglage des courbes et niveaux sur les couches HaRGB puis assemblage sous Toshop et sauvegarde du résultat final en mode .tif; finition sous PSP.  Cliquez ici pour voir l'image à 50% avec un réglage différent des couleurs.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

IC 1318. Située en pleine Voie Lactée, la constellation du Cygne regorge de faibles nébulosités. Parmi les plus célèbres, celles situées à quelques 650 années lumière de la Terre dans la région de l’étoile Gamma Cygni (l’étoile la plus brillante de l’image) sont constituées d’un mélange de nébulosités diffuses à émission (régions H II rouges) mais aussi de nébuleuses à réflexion bleues et enfin de nébuleuses obscures constituées de poussières. La source excitatrice est mal connue; ce n'est vraisemblablement pas l'étoile γ Cyg elle-même car cette étoile a une température de surface trop faible (~ 7000 K); il s'agit d'une étoiles supergéante de rayon égal à 100 fois le rayon solaire et qui bille comme 10 000 soleils. (source: Formes et couleurs dans l'Univers, A Acker)

Je vous présente ici le résultat du compositage médian sous IRIS de 46x5 minutes (=3hr50') de poses à 400 ISO sur ces nébulosités. C'est fait avec la lunette Televue NP101IS munie du réducteur 0.8, sur monture NJP (acquisitions sans guidage) et l'apn Canon 350D Baader depuis La Fosse ce jeudi 01/08/2013 dans de superbes conditions météo de transparence.
Au vu des brutes qui ne montraient que des nébulosités rougeâtres, je ne m'attendais vraiment pas à un tel résultat. Je pensais obtenir un cliché final tout rouge et j'ai été assez surpris de voir qu'il y a aussi pas mal de bleu dans l'image.
 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

IC1805. Heart Nebula est un très grand complexe nébulaire situé dans la constellation de Cassiopée, à quelques 6000 années lumière de la terre pour un diamètre réel de 250 années lumière; au centre de l'image se trouve l'amas ouvert Mel15 responsable de l'ionisation du gaz.

La vue présentée ici ne montre que la partie centrale de la nébuleuse. Elle a été photographiée avec la ST10XME sur la Genesis le 30/08/05 pour l'image Hα et le 03/09/05 pour les RGB depuis La Fosse. Cette image en mode (Hα)RGB est le résultat de l'addition de 100 poses de 3 minutes en Hα, 10 poses de 2 minutes pour le rouge et le vert plus 14 poses de 2 minutes pour le bleu,  toutes prises en binning 1x1. Traitement par soustraction des darks suivie de la division par les flats puis addition sous CCDSoft, DDP sous CCDops et finition sous PSP7.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

IC1848. fait partie du même vaste complexe nébulaire qu' IC1805, mais c'est un autre amas d'étoiles jeunes, Cr32 qui est responsable de son ionisation.

Trois nuits de captures réalisées les 12 et 13/09/07 puis le 07/10/07 avec la ST10XME sur la Genesis à l'observatoire de La Fosse ont été nécessaires pour réaliser l'image présentée ici. Elle est le résultat du compositage en mode HαRGB de 72 poses de 5 minutes en binning 1x1 pour la couche Hα (soit au total 6 heures) ; plus 15 poses pour la couche rouge, 13 pour la verte et enfin 18 pour la bleue, toutes de 5 minutes en binning 2x2. Traitement par soustraction des darks suivie de la division par les flats puis addition sous CCDSoft, DDP sous CCDops et finition sous PSP7.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

IC1396. Situé dans la constellation de Céphée et constitué d’un amas ouvert et d’une nébuleuse à émission, le complexe IC 1396 se trouve, selon les dernières estimations, à environ 2400 années lumières de la Terre. Il couvre 3 degrés sur le ciel, soit la taille de 6 pleines lunes ! Cette vaste nébuleuse est ionisée par l’étoile massive de type O HD 206267 qui se trouve en son centre. De nombreux globules obscurs repris au catalogue de Barnard (B 160 à B 163; B 365 et B 367) sont aussi visibles, ainsi que la Trompe d'Eléphant (voir ci-dessous).

L’image montre dans sa partie supérieure gauche, MU Céphée (l’Etoile Grenat). Située à 5200 années lumières de la Terre, c’est une étoiles super géante rouge avec un diamètre de 15 unités astronomiques (1420 diamètres solaires). Si elle remplaçait le Soleil, elle s'étendrait à mi-chemin des orbites de Jupiter et de Saturne.

La photo a été réalisée depuis La Fosse sur deux nuits, les 04 et 05/09/13 avec l’apn Canon 350D Baader sur la lunette Televue NP101 IS munie du réducteur 0,8x, (D =101 mm, F=430 mm).100 poses de 5 minutes (soit 8 heures 20 au total) à 400 ISO ont été prétraitées puis compositées sous Iris. La finition est faite sous Photoshop (réglage courbes et niveaux) puis finalisées sous Paint Shop Pro pour obtenir ce résultat.

IC1396A La trompe d'éléphant. D’une longueur de 20 années lumières, la Trompe d’Eléphant est une nébuleuse obscure du même type que la célèbre Tête de Cheval dans Orion. Grâce à l’imagerie infrarouge, on sait maintenant que la trompe est un siège de formation d’étoiles; elle contient de nombreuses étoiles très jeunes, âgées de moins de 100.000 ans. Deux étoiles plus âgées (mais toujours jeunes, environ deux millions d’années ce qui n’est rien pour des étoiles) sont responsables de la petite nébuleuse VDB142 (la petite nébuleuse brunâtre à la tête de la trompe) avec laquelle on la confond parfois. L'extrait est présenté ici à la taille d'acquisition.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour la voir en taille réelle.

La composition présentée ici est le résultat de 9 heures de prises par poses de 10 minutes en Hα, plus 1 heure pour la couche rouge; 1 heure quart pour la verte et enfin 1 heure et demie pour la bleue, le tout en binning 1x1 ( 5 minutes de pose unitaire pour les RGB) avec la ST10XME sur la Genesis, faites pour partie depuis La Fosse (3 hrs et demie en Hα le 15/07/06) mais surtout depuis le site de l'observatoire de Nicolas Outters à Orange en Haute Savoie, lors du week-end du 21 au 23/07/06. Traitement habituel par soustraction des darks suivie de la division par les flats puis compositage de chaque couche en mode addition sous CCDSoft, assemblage HaRGB et réglages finaux sous PSP7 pro et Toshop. Cette image a été publiée dans la revue Ciel et Espace de novembre 2006.


 

Cliquez dans l'image pour voir un agrandissement.

IC4603 à IC4606. sont des nébulosités situées dans la région d'Antarès du Scorpion (la grosse étoile orange) à environ 700 années lumière de la Terre et dans la région de Rho Ophiuchi dans la constellation d'Ophiuchius. IC4603 autour de l'étoile HD 147889 (en dessous de IC4604); IC4604 près de l'étoile Rho ophiuchi (la nébuleuse à réflexion dans le haut de l'image); IC4605 nébuleuse à réflexion autour de 22 Sco (au dessus d'Antarès) et IC4606 près d'Antarès. Sh2-9 nébuleuse à émission autour de 20 Sco ainsi qu'un faible nébulosité à émission autour de 23 Sco (dans le coin inférieur gauche de l'image). Des nébuleuses obscures sont visibles dans la partie supérieure gauche. Il s'agit de Bernard 42, B44 et B45. L'amas de poussières réparties dans les nuages atténue la lumière des étoiles d'un facteur 100 000 près de HD 147889.

Toutes ces formations sont mélangées et la partie la plus dense se trouve près de l'étoile Rho Oph. L'ensemble de ce complexe couvre une immense étendue. Enfin, trois amas globulaires sont également visibles. Il s'agit de l'amas M4 à droite d'Antarès et de NGC6144 un peu au dessus à droite de cette dernière et de M80 en bordure de champ dans le coin supérieur droit de l'image.

L'image a été prise depuis l'observatoire Sirène situé dans le Vaucluse les 27 et 29/06/2016 avec le Canon 350D modifié muni d'un téléobjectif Canon 200 USM2 mm de focale à F/D 4. 44 poses de 5 minutes (soit au total 3 hrs40) ont été traitées sous Iris pour composer cette image. La finition a été faite sous PSP7.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

IC5146 Cocoon Nebula est une magnifique nébuleuse âgée de quelques millions d'années et située au bout d'une nébuleuse obscure, dans la constellation du Cygne. Sa couleur est rose et bleutée car les poussières réfléchissent et diffusent la lumière des étoiles chaudes d'un amas central très jeune.

Elle est vue ici photographiée avec le Canon 350D baaderisé depuis La Fosse les 11 et 18 août 2012 au foyer de l'astrographe ASA de 300 mm ouvert à 3,62 de Pierre Ponsard. Un total de 165 poses de 2 minutes prises à 400 ISO réalisées sur les 2 nuits ont été traitées sous IRIS et ensuite finalisées avec les logiciels Photoshop et Paint Shop Pro.

 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

IC5146 Cocoon Nebula et la nébuleuse obscure B158 photographiées avec la ST10XME sur la NP101IS depuis La Fosse le 16/08/09 pour les Hα et le 04/06/10 pour les RGB. L'image résulte du compositage de 10 poses de 10 min en binning 1x1 pour le Hα et de 9 poses de 5 min par couche RGB prises en binning 2x2. Traitement des brutes par soustraction du dark suivie de la division par le flat sous CCDSoft, compositage et réglage courbes et niveaux sous Photoshop puis réglages finaux sous PSP7.

 


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

Cliquez ici pour voir l'image en taille réelle.

Sh2-142 La Nébuleuse du Sorcier, avec l'amas ouvert NGC7380. Présentée à 50% de sa taille d'acquisition, cette image montre l'amas ouvert NGC7380 situé dans Céphée. Découvert par Caroline Herschel, la sœur de William Herschel, en 1787... Il est incorporé dans une nébuleuse à émission d’une taille d’environ 110 années lumières et il se trouve dans la Voie Lactée à approximativement 7000 années lumières du système solaire. Ses étoiles sont âgées de moins de cinq millions d’années, ce qui en fait un des plus jeunes amas ouverts connus.
La nébuleuse dans laquelle baigne NGC7380 est la Nébuleuse du Sorcier, Sh2-142. On peut également voir la nébuleuse LDN 1200 entourant - ou, plus vraisemblablement, se trouvant en arrière-plan de - l'étoile SAO 34796 au nord de la nébuleuse du sorcier.


48 poses de 5 minutes à 400 ISO capturées avec l'apn Canon 350d modifié Baader au foyer de la lunette Televue NP101 IS le 03/09/2013 depuis La Fosse ont été prétraitées sous Iris puis finalisées sous Photoshop et Paint Shop Pro pour obtenir ce résultat.


 

Cliquez dans l'image pour la voir en taille 50%.

SH2-155 Cave Nebula (la Nébuleuse de la Grotte) est un vaste complexe de nébuleuses à émission (rouges), à réflexion (bleues) et obscures (sombres) situé à environ 24OO années lumières de la Terre dans la constellation de Céphée. Il est présenté ici à 50% de la taille d'acquisition. Des études de cette région ont montré qu'il se trouve en bordure du nuage moléculaire géant "Cepheus B" et des étoiles jeunes, chaudes et bleues de l'association "Cepheus OB3". La bordure brillante du nuage d'hydrogène ionisé  visible à gauche du centre de l'image est excitée par la radiation d'étoiles chaudes dominées par une étoile brillante de type O. Le rayonnement responsable du front d'ionisation est susceptible de provoquer l'effondrement du gaz sur lui-même provoquant ainsi la formation de nouvelles étoiles. La taille de la grotte céleste est d'environ 10 années lumières alors que celle de la nébuleuse entière est de l'ordre de 70 années lumière.

45 poses de 5 minutes à 400 ISO avec l'apn Canon 350d modifié Baader au foyer de la lunette Televue NP101 IS capturées le 03/08/2013 depuis La Fosse ont été prétraitées sous Iris puis finalisées sous Photoshop et Paint Shop Pro pour obtenir ce résultat.
 


 

 

retour page ciel profond